Nouvelle décentralisation, vraiment ? 

Au moment où la République est menacée dans ses fondements, les communes restent l’ultime terreau qui protège, promeut, honore et représente la République  

Jamais, mandat municipal n’a connu de moments si difficiles face à une lecture comptable du gouvernement. Nous avons dû passer à l’action auprès des populations afin de défendre nos services publics, l’investissement public, le développement local.

Nous avons dû nous battre contre des politiques absurdes et injustes. À la fin de ce mandat, le bloc communal aura investi 16 milliards de moins que le mandat précédent…les services publics, l’investissement public, mais aussi le tissu associatif ont été durement touchés. 

Les dotations ne sont pas des subventions, c’est ce que l’État doit aux collectivités locales, en remplacement d’anciens impôts locaux supprimés et nécessaires, pour financer les services publics, l’investissement public, le développement des territoires

Sur la Taxe d’habitation, François Baroin, interpellait le Président de la République : « vous avez décidé de supprimer un impôt qui ne vous appartient pas ». Si le transfert du foncier est un moindre mal pour les communes, il reste, néanmoins, un impôt injuste comme la taxe d’habitation et la taxe d’enlèvement des ordures ménagères.

Considérés comme « les supplétifs de l’État », les maires regrettent que leurs communes deviennent des variables d’ajustement. 

La nouvelle phase de décentralisation annoncée pose question : comment en retirant le foncier aux départements, peut-on garantir leur autonomie et la libre administration des collectivités ? Comment faire mieux et répondre à tous les problèmes en nous retirant toute autonomie fiscale et financière ? Concrètement, elle ne donne aucune réponse de ce que nous vivons sur le terrain ! 

Pour la 1ère fois, dans l’histoire de la décentralisation, les régions, les départements et les communes se sont fédérés et laissent espérer un avenir vers de nouvelles libertés locales. Ainsi, une motion commune a été signée, reprenant nombre de revendications : la révision des valeurs locatives, la compensation de la taxe d’habitation à l’euro près, l’autonomie fiscale des collectivités, une loi des finances spécifique aux collectivités et aux financements des services publics…

À l’horizon des prochaines échéances électorales, je souhaite du courage à celles et ceux qui vont continuer l’action et merci à toutes et à tous pour votre investissement en faveur de votre commune et de la République.

Très belles fêtes de fin d’années. 

Salutations Républicaines,

 Christian Bilhac