Le ministère de l’Éducation nationale a mis à jour, ce week-end, sa FAQ (foire aux questions) concernant le protocole sanitaire dans les écoles, conformément à ce qu’avait annoncé le ministre de la Santé, Olivier Véran, jeudi. Il tient compte de l’avis du Haut conseil de la santé publique publié en fin de semaine.
L’avis du HCSP (téléchargeable ci-dessous) vise clairement à répondre à la problématique des fermetures de classes, voire d’écoles, en forte augmentation depuis la rentrée (lire Maire info du 16 septembre). Selon les derniers chiffres du ministère de l’Éducation nationale, vendredi, ce sont « 89 structures scolaires » qui sont fermées à ce jour (76 écoles, 5 collèges et 8 lycées). Quelque 5 000 élèves et 1 300 personnels étaient malades du covid-19 vendredi. On notera que dans ce « point de situation », le ministère ne fournit pas le nombre de classes fermées.
Jusqu’à présent, le protocole en vigueur s’appuyait sur la définition de « personne à risque » élaborée par Santé publique France en mai dernier : un professionnel (enseignant, atsem, personnel de crèche, etc.) était considéré comme « personne à risque » dès le premier cas confirmé dans l’établissement. « Au regard de l’accélération de la circulation du virus, cette situation est de nature à engendrer la fermeture de nombreuses crèches, classes et écoles », souligne le HCSP, ce qui peut avoir « des répercussions majeures au niveau sociétal ». Le Haut conseil a donc été saisi pour répondre à plusieurs questions : un adulte portant un masque, en contact avec un enfant positif, doit-il être considéré comme cas contact ? et quel est le risque pour les autres enfants de la classe ?

Masque obligatoire en présence des enfants
En s’appuyant sur la documentation scientifique internationale, de plus en plus volumineuse, le Haut conseil estime que « les jeunes enfants sont moins sensibles à l’infection » et « moins susceptibles que les adultes d’être les transmetteurs de l’infection ». Les écoles semblent, en général, « ne pas être associées à des augmentations significatives de la transmission » du virus, sauf dans le cas où elles sont extrêmement peuplées.
Le Haut conseil rappelle que, selon les dernières études, les situations « à haut risque » sont : les espaces fermés et mal ventilés ; les « espaces bondés » ; les « contacts étroits ».
Conclusion des experts : « Les enfants jeunes sont peu à risque de forme grave et peu actifs dans la chaîne de transmission. (…) Le risque de transmission existe principalement d’adulte à adulte et d’adulte à enfant. » Le problème est donc essentiellement, dans les écoles, d’éviter la transmission des adultes vers les enfants, et non l’inverse. Deux conséquences : il est désormais obligatoire que tous les adultes intervenant en école, crèche, etc., portent un masque « de catégorie 1 » en présence des enfants. Deuxièmement, si un adulte a été en contact avec un enfant testé positif, mais que lors de ce contact il portait un masque de catégorie 1, il ne sera plus désormais considéré comme cas-contact.
Dans les écoles primaires et les EAJE, un « contact tracing » (traçage de contact) ne sera plus réalisé que dans les deux cas suivants : si un adulte encadrant est testé positif, qu’il a été en contact rapproché avec un enfant et ne portait pas de masque ; ou si trois enfants n’appartenant pas à la même fratrie sont positifs dans une même classe (alors les élèves et les personnels de la classe doivent être considérés comme contacts à risque).
Ces recommandations ont été suivies d’effet dès vendredi dernier, avec la publication d’un décret (lire Maire info de vendredi) imposant le port systématique du masque par les adultes, en présence d’enfants, dans les écoles, crèches et autres établissements d’accueil du jeune enfant. Seule exception : les assistants maternels à domicile, pour qui le port du masque n’est pas obligatoire si aucun autre adulte n’est présent.
Ces nouvelles règles ont été intégrées à la FAQ publiée par le ministère, en page 9 du document téléchargeable ci-dessous. Le protocole ministériel applicable aux modes d’accueil du jeune enfant devrait être prochainement mis à  jour.

Franck Lemarc

Télécharger l’avis du HCSP.
Télécharger la FAQ du ministère.

Source : maire cdci