Péret (Hérault) - 2017. / © F3 LR
Péret (Hérault) – 2017. / © F3 LR

Christian Bilhac n’ouvrira pas l’école du village le 11 mai. Le maire de Péret, près de Lodève dans l’Hérault, ne voit pas comment réunir les conditions nécessaires à la sécurité des personnels, des enfants et de leurs familles tant que la situation sanitaire du pays ne se sera pas améliorée.

Par Carine Alazet  

Christian Bilhac est maire de Péret depuis 1983. Il est aussi président de l’association des maires de l’Hérault.
Mais c’est en tant que responsable de la sécurité des habitants de son village qu’il réagit à l’annonce d’ouvrir les écoles le 11 mai prochain.

“Je vis ici, je ne veux pas qu’on me traite de criminel et je pense que c’est criminel d’ouvrir les écoles aussi tôt. Je doute que la situation sanitaire soit vraiment différente dans un mois qu’aujourd’hui. Si elle s’est vraiment améliorée, j’ouvrirai l’école sinon il n’en est pas question.”

Je prendrai un arrêté pour maintenir l’école fermée le 11 mai si la situation sanitaire est la même qu’aujourd’hui.

Christian Bilhac, maire de Péret et président de l'association des maires de l'Hérault / © Michaël Esdourrubailh / Max PPP
Christian Bilhac, maire de Péret et président de l’association des maires de l’Hérault / © Michaël Esdourrubailh / Max PPP

Christian Bilhac explique avoir du mal à comprendre la décision du gouvernement. “On nous explique que l’école est un foyer de contamination et qu’il est impératif de les fermer. Puis on les rouvre, avec leurs cantines scolaires, tout en laissant fermés les restaurants en ville”

C’est de la folie. On nous parle de reprise économique, puis comme l’argument ne provoque pas l’adhésion de la population, on en trouve un autre, pour lutter contre les fractures sociales. Ce n’est pas sérieux.

Source : FR3