Le Président DE L’Association des Maires de l’Hérault dénonce

le trompe-l’œil du maintien de la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF)

 

Dans le cadre du Comité des Finances Locales dont il est membre, et en présence des ministres Darmanin et Gourault, Christian Bilhac, Président de l’Association des Maires de l’Hérault, est intervenu pour dénoncer le trompe-l’œil du maintien de la DGF.

Il a indiqué qu’en réalité, l’effort demandé sur trois ans de 11 milliards d’euros par le précédent Gouvernement se poursuit.

Christian Bilhac a fait remarquer qu’en théorie, après trois ans de contribution au redressement des comptes publics, la DGF aurait dû être rétablie à 40 milliards. Or, le chiffre de 30 milliards d’euros est conservé. En conséquence, sur les cinq ans à venir, la contribution des collectivités sera de 50 milliards d’euros. Contribution à laquelle, il faudra rajouter pour les grandes collectivités les 13 milliards d’euros du Pacte financier, soit un total de 63 milliards d’euros.

Christian Bilhac a également fait remarquer que s’il se réjouissait de l’augmentation de 90 milliards d’euros de la Dotation de Solidarité Rurale (DSR) et de la Dotation de Solidarité Urbaine (DSU), il s’inquiétait de la notion d’égalité des territoires et des citoyens : « un pauvre des champs vaut la moitié d’un pauvre des villes ».

Le président de l’AMF34 a reconnu l’effort fait par le gouvernement en termes d’investissement [DSR et Dotation de Soutien à l’Investissement Local (DSIL)], en mettant un bémol pour la DSIL qui doit son augmentation au seul transfert des crédits de la Réserve parlementaire.

Au-delà des chiffres du budget, la soudaine disparition du PTZ dans certaines zones, constitue un signal très négatif et ne fera que contribuer à accentuer la fracture territoriale, la suppression des contrats aidés et l’inflation normative qui se poursuit – malgré les annonces gouvernementales – et qui coûte chaque année 1 milliard d’euros aux Collectivités territoriales, ne rendront pas la tâche facile au moment du bouclage des budgets des communes.