« Je pense que la Commune nouvelle c’est bien, elle est fondée sur la liberté mais ce n’est pas la panacée universelle et encore moins l’universelle panacée. Il y a des endroits, il faut le mettre en œuvre si c’est une solution, il y a des endroits c’est pas la solution il faut réfléchir, en tous cas si les incitations financières sont intéressantes et je le dis à mes collègues surtout ne vous mariez pas pour une carotte.

C’est un projet qu’il faut définir sous tous rapports et savoir pourquoi. Moi je veux bien être moteur mais sur une route dont on connait la direction, or la direction aujourd’hui on ne la connait pas ou on la connait trop, la direction c’est de dépouiller peu à peu la commune et toutes ses compétences.

Il faut avoir un débat avec les pouvoirs publics, avec l’État, le gouvernement pour dire que la commune doit retrouver une place essentielle au niveau de l’administration de la République, auquel cas il sera indispensable de créer des communes nouvelles pour relever le défi.

Mais si on continue pour que la commune ne conserve que l’État civil et la gerbe du 11 novembre, l’État doit nous dire clairement si oui où non il y a un avenir pour la commune… »